Les portes du vieux monde

Forum de role play dans l'univers fantastique de Warhammer JDR 2nde édition de Games workshop (marque déposée). Ce forum n'est ni officiel, ni approuvé par Games Workshop.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Salrakaï Gotrekson

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Salrakaï Gotrekson le Jeu 18 Nov 2010 - 8:20

Bonoarpha

avatar
Les nains sont des individus très fiers qui ont du mal à assumer l'échec ou la perte d'un proche. Après une tragédie personnelle, un nain est souvent inconsolable. Le massacre des siens, le vol de son trésor ou l'incapacité de tenir sa parole peuvent sérieusement perturber sa santé mentale. De même, les jeunes amoureux éconduits ont parfois du mal à se remettre de la blessure faite à leur cœur et à leur fierté.

C’est ce qui poussa le jeune Salrakaï à faire le serment des Tueurs. Son cœur battait pour une jolie naine rousse aux yeux bleus, qui, malheureusement pour lui, ne lui rendit pas son amour.

Ne supportant plus de vivre suite à cette déception, il quitta Karak Azul, sa forteresse natale, laissant derrière lui sa vie d’avant. Il ne prit avec lui que le nécessaire de voyage, ainsi que deux haches que lui offrit son maître forgeron. Le vieux nain les avait forgées lui-même, et les donna à son jeune apprenti, voyant qu'il ne pourrait détourner Salrakaï du chemin qu'il s'était choisi.

Ainsi partit Salrakaï sur la route qui le mena finalement à Karak Kadrin, le Fort des Tueurs. Il se rendit au Temple de Grimnir, jeta ses vêtements, ne gardant que ses braies, sa ceinture et ses bottes. Puis sous le regard sévère de la statue du Dieu Ancestral, il se rasa les cheveux, ne laissant qu'une crête qu'il dressa sur son crâne avec de la graisse animale et qu'il teinta en orange, teinture qu'il reproduisit sur sa barbe. Enfin il prit ses cheveux tombés et les jeta dans la coupe de feu posée sur l'autel, avant de ramasser le reste de ses affaires et de partir à la recherche de sa destinée...



Dernière édition par Bonoarpha le Mar 22 Mai 2012 - 22:18, édité 4 fois

2 Description le Jeu 18 Nov 2010 - 8:42

Bonoarpha

avatar
Salrakaï est un jeune nain d'une soixantaine d'année né le 14 Nachgeheim 2463 (CI). C'est comme qui dirait un poil-au-menton, sa barbe ne dépassant pas 2cm. Il mesure 1,35m et pèse 87kg. Il est large d'épaule comme tous les nains, a une musculature assez développée qui lui vient de son apprentissage du métier de forgeron. Cependant il est plutôt fin quand on le regarde de profil (enfin pour un nain), son ventre n'étant pas encore généreusement arrondi par des années de consommation de bière comme peuvent l'être les panses de ses aînés.

Il porte la crête et la barbe orange comme tous les Tueurs. Là où il est rasé, son crâne, qui n'a pas encore beaucoup pris le soleil, est plus pâle que la peau de son visage. Il en va de même pour la peau de son torse, de ses épaules et de ses bras.

Il a abandonné son véritable patronyme en même temps qu'il a quitté sa famille, et se fait désormais appelé Gotrekson en hommage au légendaire Tueur Gotrek Gurnisson.



Dernière édition par Bonoarpha le Ven 1 Juin 2012 - 20:17, édité 2 fois

3 Le Tatoueur le Mer 29 Déc 2010 - 9:54

Bonoarpha

avatar
Salrakaï sirotait pensivement sa bière.

Il s'était arrêté dans une petite bourgade située sur les versants occidentaux des Montagnes du Bord du Monde, quelque part entre Karak Kadrin et Karak Varn. L'endroit abritait quelques centaines d'âmes, humaines aussi bien que naines. Il avait le bon goût de compter dans ses commerces une taverne, le "Grobi Rougeoyant", tenue par un nain qui plus est, gage de qualité pour tous les consommateurs avertis de bière, catégorie qui bien évidemment inclut la race naine dans son intégralité. Salrakaï y avait inévitablement atterri.

Bien que la soirée ne fut pas encore très avancée, l'endroit était bien rempli. La clientèle était assez hétéroclyte: marchands ambulants, mercenaires accompagnant des caravanes de produits de manufacture naine vers les cités impériales, trappeurs revenant d'une chasse dans les montagnes, prospecteurs affublés de pioches et de pelles, sans oublier les autochtones qui venaient chercher un moment de détente bien mérité après une journée de dur labeur. Salrakaï regardait tout ce petit monde d'un oeil distrait en même temps qu'il repensait à ce qui l'avait mené jusque là.

Plusieurs jours auparavant, après avoir prêté le serment des Tueurs, il s'était rendu dans une taverne de Karak Kadrin pour y trouver des renseignements potentiels sur des monstres qui rôdaient, des guerres qui se préparaient, bref là où un bon combat était à mener. Il y avait entendu parler -entre deux pintes de Bugman's- de ce travail de dégobelinisation que l'on proposait dans des mines, dans un patelin pommé appelé Mundrin. Oh bien sûr il ne comptait pas sur les grobis pour renconter sa destinée, surtout si la menace qu'ils représentaient pouvait être éliminée avec des mercenaires, mais c'était un travail qui devait être fait. Pour que les royaumes des nains puissent retrouver un jour leur gloire d'antan il fallait bien chasser les Peaux-Vertes et autres immondices des tunnels. Et puis avec un peu de chance il y aurait peut-être un ou deux trolls ou d'autres puissantes créatures à occire, une belle et honorable opportunité de faire arrêter de battre son coeur brisé .

Un groupe de voyageurs fit son entrée dans la taverne. Il était constitué de quelques humains et de deux nains. Ils n'avaient pas fière allure, leurs vêtements usés portaient les traces des longs trajets qu'ils avaient effectués des nombreuses nuits qu'ils n'avaient pas passées sous un toit.

L'un des nains s'approcha de Salrakaï. Il était emmitoufflé dans une grande et vieille cape à capuchon qui ne laissait apparaître que le bout de ses bottes, ses mains et son visage. Il était indubitablement d'un grand âge, ses sourcils blancs étaient broussailleux, de nombreuses rides étaient visibles sur le peu d'espace de peau qui n'était pas recouvert de barbe ou de cheveux couleur neige.

-Bien le bonsoir jeune Tueur. Voudrais-tu offrir une bonne pinte et une petite pièce à un vieux vagabond sans le sou en échange d'un petit service?

-Bin ça dépend du service qu't'as à m'offrir vieillard.

Durant son ancienne vie Salrakaï aurait montré beaucoup plus de respect à l'égard d'un aîné, mais les Tueurs abandonnaient généralement toute considération pour les normes sociales et les convenances en même temps qu'ils prêtaient leur serment. C'est quelque chose d'accepter dans la société naine, plus par fatalisme qu'autre chose d'ailleurs, puisque les Tueurs n'en font qu'à leur tête, et qu'ils sont encore plus obstinés que la moyenne naine, ce qui n'est pas peu dire. Aussi le vieux nain ne s'offusqua pas.

-Et bien vois-tu je suis tatoueur à mes heures. Es-tu intéressé?

Une lueur d'intérêt s'alluma dans les yeux de Salrakaï.

-Ca se pourrait bien, ouais.

Le Tueur commanda deux autres pintes, une pour lui et une pour le nain vagabond. Ils discutèrent du motif et de l'emplacement, ainsi que de la couleur. Ce sera finalement un tatouage tribal bleu qui recouvrira tout le muscle de l'épaule gauche de Salrakaï -ce qui représente déjà une sacrée surface!- et qui débordera un peu sur le bras, la clavicule, le torse et l'omoplate. Les deux nains s'isolèrent dans un coin de la taverne et demandèrent une lampe pour avoir plus de lumière.

Le travail dura trois heures, pendant lesquelles le tatoueur, concentré sur son travail, resta silencieux. Salrakaï quant à lui ne parla que pour commander d'autres bières quand celle du vieux nain et la sienne furent vides. Des clients allaient et venaient, des chopes se vidaient, les fesses des serveuses étaient pincées, des chants étaient entonnés, bref la soirée avançait. Quand le travail fut achevé, Salrakaï donna quelques pièces au vieux nain qui alla rejoindre son groupe de voyageurs, puis il sortit de la taverne pour chercher un endroit où dormir, endroit qui serait probablement à la belle étoile, ou au mieux sous un abri quelconque qui lui éviterait d'être réveillé par une pluie éventuelle.

Minuit ayant déjà sonné depuis quelques temps déjà, il ne vit pas âme qui vive dans les rues de la bourgade. Alors qu'il venait de faire quelques dizaine pas vers la sortie du bourg il entendit des bruits étouffés de lutte. Il dégaina ses deux haches et fonça vers la source du tumulte qui se trouva être une ruelle sombre et étroite entre deux ateliers d'artisan fermés et vides pour la nuit et qui était, détail bien commode pour les larcins, assez éloignée des habitations pour ne pas ameuter tout le village en cas de cris. Il aperçut deux hommes aux visages dissimulés prenant à partie un troisième. Chacun des masqués bloquait une issue de la ruelle, refermant ainsi le piège sur celui qui semblait être un voyageur. L'un des détrousseurs avait une dague à chaque main, l'autre maniait un gourdin. Quant à la victime elle se défendait avec un bâton de voyage, mais ses gestes laborieux et sa main qu'il gardait posée sur son abdomen suggéraient que le malheureux avait déjà pris quelques coups. Il n'en fallut pas plus à Salrakaï.

Il chargea en hurlant le brigand le plus proche, celui au gourdin. Ce dernier eut juste le temps de se retourner et de bloquer la hache de droite qui allait se ficher dans son sternum, mais pas celle de gauche qui lui coupa la jambe droite au-dessus du genoux. Il n'était pas encore conscient de son amputation inopinée que la lame qu'il avait bloquée vint se planter au milieu de son visage. Salrakaï tourna la tête vers l'autre coupe-jarret, et il aperçut une dague qui filait à toute vitesse, droit entre ses yeux. Le Tueur vit la scène se dérouler au ralenti.

La dague se rapprochait lentement mais inexorablement, de même que la mort du Tueur. "Alors c'est comme ça que tout s'arrête? se dit Salrakaï. C'est ça ma destinée?" Il cracha mentalement par terre et jura intérieurement. "Par Grimnir! C'est pas une mort digne d'un Tueur, ça! Crever dans une ruelle dégueux, tué par un pleutre qui se bat comme un elfe! Bon sang mais je vais avoir l'air de quoi moi quand je vais arriver dans la demeure de mes ancêtres?" Le Tueur eut tout le temps du monde pour remarquer ce qu'il était advenu du voyageur agressé. "Tiens l'aut'con avec son bâton est à terre en train de se vider de son sang. En même temps c'est pas très malin de se ballader la nuit tout seul dans des endroits glauques quand on sait pas de défendre!" C'est alors que son tatouage se mit à luire d'une lumière bleutée, et que la dague commença doucement, très doucement, à dévier de sa trajectoire.

Moins d'un dixième de battement de coeur plus tard la lame effleura la tempe du nain, y laissant une petite entaille. Le détrousseur et lui restèrent un instant figés, tous les deux stupéfaits par le phénomène auquel ils avaient assisté, puis le Tueur chargea furieusement. Sa cible poussa un cri étranglé et se retourna pour fuir, mais le voyageur agonisant utilisa ses dernières forces pour lever son bâton. Son agresseur se le prit dans les jambes et s'étala de tout son long. La dernière sensation qu'il eut fut celle d'un lourd et large pied botté sur son dos, avant qu'une hache ne se plante dans son crâne et l'envoie dans le royaume de Morr.

Salrakaï extraya sa hache de la tête du bandit, et alla voir le voyageur allongé dans son sang face contre terre . Celui-ci avait rendu son dernier soupir. Le nain essuya ses haches sur ce qui restait de l'homme au gourdin, puis il s'immobilisa et tourna brusquement son regard vers son épaule gauche. Son tatouage avait cessé de luire et semblait à présent tout à fait normal. Il rengaina ses haches et se précipita vers la taverne.

Un rapide coup d'oeil dans la salle lui apprit que le vieux nain n'y était plus. Il demanda au groupe de voyageurs miteux où était leur compagnon. Ceux-ci lui répondirent qu'ils n'avaient rencontrer le tatoueur que quelques heures avant d'arriver en ville et qu'il avait quitté la taverne quelques instants seulement avant le retour de Salrakaï. Le Tueur sortit à toute vitesse et regarda dans toutes les directions. Il aperçut au loin une petite silhouette encapuchonnée qui disparut à un coin de rue. Il s'y précipita, mais c'est une rue complètement déserte qui se trouvait sous ses yeux. Il revint sur ses pas et alla se payer une autre bière pour se remettre de ses émotions tout en repensant aux évènements de la soirée.

Salrakaï ne s'en rendit pas compte ce soir-là mais son tatouage avait très légèrement été modifié, les extrémités des motifs s'étant subtilement prolongés de son épaules vers son bras, son dos, son cou et son torse...


Là, dans la nuit, un vieux nain à l'imposante barbe blanche souriait sous son capuchon, satisfait de savoir qu'un poil-au-menton était désormais bien parti pour devenir une terrible arme qui s'abattrait sur les sbires des Dieux Sombres et protègerait le peuple Nain de ses ennemis.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum